L'autrice de « Comment tuer son mari » est-elle vraiment passée à l'acte ?

La romancière américaine Nancy Crampton Brophy, autrice de cet essai au titre évocateur, est accusée d’avoir tué son mari. Son procès s’est ouvert début avril aux Etats-Unis.

Amnésie post-traumatique, canon de pistolet acheté sur eBay mais désormais introuvable, multiples assurances décès : une romancière américaine de 71 ans accusée d'avoir supprimé son mari a-t-elle vraiment osé commettre son crime comme détaillé dans son livre  ?

Lire aussi >> Serial killer : les femmes qui ont traqué le Grêlé

De multiples contradictions

Le procès de Nancy Crampton Brophy s'est ouvert début avril devant un tribunal de Portland, dans l'Oregon (nord-ouest des Etats-Unis). Mais il a fallu attendre cette semaine pour que l'écrivaine, spécialisée dans les romans sentimentaux aux titres aussi évocateurs que « L'enfer au cœur » ou « Le mauvais mari », soit interrogée à la barre par l'accusation, qui l'a mise en face de ses multiples contradictions.

La romancière, qui a notamment écrit un essai intitulé... « Comment tuer son mari », consacré à l'art et la manière de se débarrasser d'un conjoint sans être inquiété par la justice, a cependant réponse à tout et nie en bloc.

Les enquêteurs affirment que Mme Crampton Brophy a tué en juin 2018 son époux Daniel, chef cuisinier âgé de 63 ans à l'époque, pour empocher les indemnités de dix polices d'assurance d'un montant total de 1,4 million de dollars. Malgré ses lourdes dettes, le couple payait chaque mois plus de mille dollars de primes mais ne remboursait pas son prêt.

Abattu de deux balles, dans une salle de classe

Le procureur Shawn Overstreet a passé sur le grill...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles