Le stress pourrait « désactiver » votre système immunitaire et être à l’origine d’infections

La libération « continue » de cortisol, l’hormone du stress, pourrait « désactiver » le système immunitaire. [Photo: Getty]

Nous sommes tous victimes de stress de temps en temps, qu’il s'agisse de respecter des échéances, de courir pour que les enfants arrivent à l’heure à l'école ou de rencontrer des fous du volant sur la route.

Il peut sembler inoffensif, mais le stress à long terme pourrait être à l’origine d'infections, selon un expert.

La libération « continue » de cortisol, l’hormone du stress, pourrait « désactiver » notre capacité à combattre les bactéries et les virus.

« Le cortisol a un effet puissant sur le système immunitaire », a déclaré la professeure Angela Clow, de l'université de Westminster.

« Il inhibe ‘l'immunité associée à la nuit’, c'est-à-dire lorsque les cellules immunitaires se débarrassent des bactéries et luttent même contre la progression du cancer ».

Cela diffère de « l'immunité associée à la journée » qui protège elle contre des risques plus immédiats, selon elle.

Des scientifiques de l'université d'État de l'Ohio ont d'abord identifié un lien entre le stress et l'immunité en analysant le temps de guérison des blessures par perforation chez des soignants de patients atteints de démence.

S'occuper d'une personne atteinte de démence force le soignant à faire face à « la perte de mémoire, les émotions inappropriées et le comportement désorienté et agité des malades », confient-ils.

Les blessures des soignants prenaient 24 % plus de temps à guérir que celles des personnes du groupe de « contrôle », « prouvant ainsi que le stress chronique pouvait retarder la guérison ».

Il est difficile et complexe de déterminer l’impact de la sensation d’éreintement sur la fonction immunitaire.

Le cortisol pourrait « éteindre » le rythme circadien naturel du corps en charge de réguler le cycle veille-sommeil.

La professeure A. Clow s’est exprimée à la Royal Society of Medicine (Société royale de médecine) : « Notre corps entier est basé sur un cycle de 24 heures ».

« Le cortisol est très efficace à certains moments de la journée. Il stimule le cerveau ».

Des études ont montré qu’un taux élevé de cortisol lors de la première demi-heure suite au réveil améliorait la fonction cognitive. Mais, l’opposé est vrai en cas de taux élevés dans la soirée.

Beaucoup sont dans la « phase de résilience » au stress, permettant aux personnes touchées de retrouver leur calme une fois la source de stress passée.

Mais sur le plus long terme, nous pouvons finir en phase de stress permanent, ce qui peut avoir de lourdes conséquences sur la santé.

« Le système immunitaire ‘ne sait plus quelle heure il est’ et ne parvient donc plus à fonctionner aussi bien », confie la professeure A. Clow.

Comment combattre le stress

Nos vies sont parfois très intenses, mais la sensation de stress n'est pas inévitable.

« Le cortisol n'est pas fixe », a déclaré la professeure A. Clow. « Il est remarquablement malléable ».

L'exercice est une option incontournable pour se sentir plus calme.

« De toutes les interventions, l'activité physique est la plus efficace », a déclaré la professeure A. Clow. « Le cortisol génère une source d’énergie que l’exercice épuise complétement ».

Des études ont également montré qu'écouter de la musique diminuait le taux de l'hormone et que l'exposition à l'art après une opération aidait les patients hospitalisés à se sentir moins stressés.

Peu importe votre manière de canaliser le stress, la professeure A. Clow explique qu’il est essentiel d’en retirer du plaisir.

« Vous devez faire ce que vous aimez faire », a-t-elle confié. « Il n'y a pas de recette unique pour tout le monde ».

Se confier à un être cher permet également de mieux gérer ses problèmes.

« En règle générale, maintenir un réseau de soutien solide permet de trouver des solutions et de changer notre manière de voir les choses », a confié à Yahoo UK le Dr Daniel Atkinson, chef clinique à Treated.com.

Le NHS et le Dr Atkinson recommandent tous deux également la pleine conscience pour aider les personnes souffrant de stress à reprendre le contrôle.

« La pleine conscience consiste à prêter davantage attention à ses pensées et ses sentiments dans le présent, ainsi qu'à son environnement », a déclaré le Dr Atkinson.

« Cela permet d'interrompre le mode ‘pilote automatique’ si facile à adopter au quotidien ».

« La prise de conscience accrue associée à nos pensées et sentiments nous permet d’être plus aptes à remarquer des signes de stress qui se développent ».

Si vous ne parvenez pas à soulager votre stress par vous-même, Dr Diana Gall de Doctor4U recommande de faire appel à des professionnels.

« Si vous vous demandez si le stress auquel vous faites face est ‘trop intense’, parlez-en à votre médecin généraliste ou consultez un expert de la santé mentale », a-t-elle confié à Yahoo UK.

Le Dr Gall précise que les signes à surveiller peuvent inclure des difficultés au travail ou à l'école, des journées particulièrement difficiles, le besoin de se tourner vers la drogue ou l'alcool, l'insomnie, la dépression et même des pensées suicidaires.

Alexandra Thompson