Voici l'emoji le plus utilisé cette année sur Twitter... Et ce n'est pas une bonne nouvelle

·1 min de lecture

21% des tweets contiennent désormais - au moins - un emoji. Un succès sans précédent porté par un symbole en particulier en 2021, selon les analyses d’Emojipedia.

Jamais les emojis n'ont connu un tel succès. Selon Emojipedia, qui a analysé 385 millions de tweets dans le monde, plus de 21% des messages postés sur Twitter en contiennent un, désormais. Il faut dire que ces « petites images utilisées dans un message électronique pour exprimer une émotion, représenter un personnage, une action » (selon le Petit Robert), offrent bien plus de complexité que leurs ancêtres les smileys. Si ces derniers se limitaient aux visages tristes, euphoriques ou rieurs, les emojis prennent désormais la forme d'objets ou de symboles et permettent même de créer des expressions imagées. Et ils sont, forcément, influencés par l'actualité.

A découvrir également : Samsung, Apple, Huawei : à quel moment de l’année acheter son smartphone au meilleur prix ?

L'influence du Covid-19 sur les emojis

Dans son tout dernier rapport, publié le 31 décembre dernier, Emojipedia révèle que l'emoji « seringue » a connu une croissance forte au début de l'année 2021, avec un pic le 8 août. Son usage a, depuis, diminué mais il est toujours bien présent, contrairement aux « visage masqué » et « microbe ». Si ces deux emojis ont connu un pic en mars 2020, ils sont aujourd'hui assez impopulaires.

Le visage qui pleure à chaudes larmes a été l'emoji le plus utilisé sur Twitter en 2021

Et parmi les 3 633 emojis approuvés par le Consortium Unicode, l'un d'entre eux a, tristement, rencontré un succès tout...

Lire la suite sur Femina.fr

VIDÉO - Le plus ancien « smiley » du monde découvert sur une cruche vieille de 3 700 ans

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles