Lena Dunham : comment elle a choisi de briser le tabou sur le syndrome d’Ehlers-Danlos

L'actrice réalisatrice a choisi de publier une paparazzade sur Instagram pour révéler qu'elle était atteinte d'une maladie génétique rare. Décryptage.

Pas de honte

« J'aurais pu choisir de me sentir embarrassée par ces photos de paparazzi, mais ce 'est vraiment pas le cas. » Lena Dunham, 33 ans, la créatrice de la série « Girls », vue dans le dernier Tarantino, a choisi de révéler qu'elle était atteinte du syndrome d'Ehlers-Danlos. Une maladie génétique rare aux multiples symptômes handicapants. Le 2 novembre dernier, elle a donc repris ce cliché accompagné d'un long commentaire sur son compte Instagram.

Pas de filtre

On sait que Lena Dunham a toujours été adepte du « no make-up », « no filter », et qu'elle assume ses rondeurs et sa nudité sur les écrans comme sur les réseaux sociaux. Atteinte d'une forme sévère d' endométriose, elle a subi l'an passé une hystérectomie, partageant déjà les images de sa convalescence. Face à ce nouveau coup du sort, elle demeure emblématique d'un certain féminisme décomplexé.

Et pas mal d'humour

À propos de sa chemise de nuit, elle note qu'elle aurait pu prétendre qu'il s'agissait d'un déguisement de Halloween. Mais ajoute que si Justin Bieber « a porté des chaussons d'hôtel pendant cinq ans... », elle peut bien sortir en « tenue de nuit glamour pendant deux heures ». Elle ne perdra pas plus son sens de l'humour que sa détermination. « Continuons à poursuivre nos rêves et nos buts et à vivre nos passions, la mode notamment », ajoute-t-elle, avant de conclure, impériale : « Et vous, comment se passe votre journée ? »

Voir cette...Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles