Affaire Sarah Abitbol : l'ex-femme de Gilles Beyer, l'entraîneur de la championne, sort du silence

Le cataclysme provoqué par la parution du livre de Sarah Abitbol continue de faire trembler le milieu du patinage artistique. Elle y raconte les viols et agressions sexuelles subies durant son adolescence. Son agresseur, explique-t-elle, est son entraîneur d'alors, Gilles Beyer. Suite à ses révélations, la justice a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire pour viols et agressions sexuelles sur mineurs. Une autre patineuse, Hélène Godard, l'accuse également de faits similaires.

Face à la gravité des faits reprochés à Gilles Beyer, son ex-femme Katia Krier a décidé de prendre la parole. Dans une interview au Parisien, elle donne sa vérité et sa version. Elle n'est pas étrangère au milieu du patinage artistique, loin s'en faut. Coach elle-même, elle occupe actuellement le poste de directrice adjointe de la Fédération française des Sports de glace. Elle explique être "tombée de sa chaise" en découvrant les accusations dans la presse. Et d'ajouter dans une formule troublante: "Je ne suis pas la Madame Fourniret du patinage". Une comparaison déroutante étant donné l'implication directe de Monique Olivier dans les meurtres commis par Michel Fourniret. En 2000 pourtant, Katia Krier avait été convoquée dans le cadre d’une enquête judiciaire conduite par le ministère des Sports pour des faits similaires. Si l'enquête n'avait pas abouti, Gilles Beyer avait toutefois été renvoyé de son poste de conseiller technique en mars 2001. "J'ai d'ailleurs quitté le père de mon fils après cette histoire, j'ai fait le choix de quitter le domicile familial, affirme Katia Krier. J'ai été la dernière à l'apprendre dans le milieu. Je ne peux pas laisser dire que j'ai couvert ses agissements". Elle affirme aujourd’hui être satisfaite que le Parquet de Paris ait ouvert une enquête. "Si Gilles Beyer a fait ce dont on l'accuse, c'est normal qu'il paie. Le sujet, ça n'est pas de savoir si j'ai été mariée avec un monstre ou non. C'est que la vérité éclate".

Très proche de part des fonctions du président

(...) Cliquez ici pour voir la suite