Lgbtphobie : une fusillade fait au moins cinq morts dans une boîte LGBT+ du Colorado

Rosemary Ketchum

Les circonstances de cette tuerie sont encore troubles. Le 19 novembre à 23h57, les forces de l’ordre de Colorado Springs reçoivent un premier appel donnant l’alerte pour une fusillade en cours. Les coups de feu ont eu lieu dans l’enceinte d’une boîte de nuit de la deuxième plus grande ville du Colorado, aux États-Unis. Point de rencontre LGBT de la ville, le Club Q organise ce soir-là un drag show suivi d’un DJ set. La soirée a été interrompue par l’irruption d’Anderson Lee Aldrich, un homme âgé de 22 ans, qui a “immédiatement commencé à tirer sur les gens, tout en continuant d’avancer”, a expliqué Adrian Vasquez, chef de la police de Colorado Springs, cité par The Gazette.

"Au moins deux personnes héroïques se sont opposées au suspect et se sont battues avec lui pour l'empêcher de continuer à tuer et à nuire à d'autres personnes", précise également le représentant des forces de l’ordre. Le maire de Colorado Springs, John Suthers, a de son côté déclaré que l’un·e des client·es aurait arraché l'arme du tireur et l'aurait frappé avec. Malgré l’intervention rapide des personnes présentes, puis des secours, au moins cinq personnes ont perdu la vie et vingt-cinq autres ont été blessées, selon The Gazette. D’après les informations du New York Times, deux victimes étaient toujours dans un état critique au lendemain de l’attaque, laissant redouter un bilan plus lourd. Transporté à l’hôpital pour être soigné, le suspect a quant à lui été placé en détention provisoire.

Sur son site et sa (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Combien gagneraient les mères au foyer si elles étaient rémunérées ? Une étude a enfin la réponse
[DIAPORAMA] 15 alternatives pour boycotter la Coupe du monde au Qatar
Au Japon, le papier toilette est utilisé pour prévenir le suicide chez les jeunes
"Ne laisser personne sur la touche" : elles organisent une contre Coupe du monde de foot mixte et inclusive
130 personnalités et militants signent une lettre ouverte dénonçant "l’humiliation publique" d’Amber Heard