L'histoire de Cosa Nostra, mafia sicilienne vieille de presque 150 ans

© ALESSANDRO FUCARINI / AFP

Nous sommes le 2 juillet 1874 en Sicile, non loin de Palerme. La plaine fertile qui jouxte la ville est parsemée de nombreux jardins d'orangers et de citronniers qui emplissent l'air de leur senteur doucereuse. Les cigales chantent et le vent chaud s'engouffre entre les murs délimitant les parcelles. Soudain, un coup de feu vient briser la quiétude des lieux. Un jeune homme, gardien d'une plantation de citron, vient d'être abattu. Aucun témoin. Personne ne sait ce qui s’est passé. Quelques mois plus tard, le nouveau gardien est à son tour blessé par un coup de feu.

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Au même moment, dans sa belle maison de Palerme, Gaspare Galati, médecin propriétaire de la plantation, reçoit des lettres de menaces. On le somme de réembaucher un certain Benedetto Carollo pour s'occuper de surveiller ses agrumes. Sans quoi il doit considérer que lui et sa famille sont en danger. Pour le médecin, il est hors de question de réembaucher Carollo, qu'il a justement renvoyé lorsqu'il a découvert qu'il se servait allègrement dans les récoltes pour son propre profit.

De la cosca d'Uditore à Cosa Nostra

Le docteur Galati se plaint à la police, mais rien ne se passe. Les menaces continuent. Craignant pour sa sécurité, il part pour Naples avec sa famille. Galati a bien compris qu'il avait mis le doigt dans un engrenage qui le dépassait. Ses lettres envoyée...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles