"L'homme que j'ai condamné" : qui est l'actrice Ophelia Kolb ?

·4 min de lecture
PARIS, FRANCE - NOVEMBER 19: Ophelia Kolb attends 'Amanda' Paris Premiere at UGC Cine Cite des Halles on November 19, 2018 in Paris, France. (Photo by Kristy Sparow/Getty Images)

Mardi 7 décembre 2021, les téléspectateurs de M6 pourront découvrir une toute nouvelle série intitulée "L'homme que j'ai condamné". Dans ce thriller, Ophélia Kolb incarne une infirmière jurée dans un procès criminel, mais qui doute de la culpabilité du condamné. Zoom sur une actrice qui commence petit à petit à s'imposer dans la fiction française.

Ophélia Kolb fait partie des comédiennes à suivre. Agée de 39 ans, fille d'une mère allemande et d'un père turc, elle est à l'affiche de la nouvelle série de M6 L'homme que j'ai condamné, le mardi 7 décembre 2021. Elle a décroché le premier rôle de ce tout nouveau thriller, au côté de Stanley Weber et Lucile Marquis. Mais ce n'est pas la première fois que les téléspectateurs pourront apprécier son talent.

De Caméra Café 2 à Profilage jusqu'à Dix pour cent

Si elle multiplie les petits rôles au cinéma, Ophélia Kolb est avant tout une actrice de télévision. C'est en 2007 qu'elle fait ses débuts. À seulement 25 ans, elle apparaît dans les séries Chez Maupassant, Profilage ou encore Caméra Café 2. En 2015, elle rencontre le succès en intégrant le casting de la série à succès Dix pour cent, dans laquelle elle incarne Colette, la compagne de Camille Cottin alias Andréa Martel.

Vidéo. À New York, la série "Dix pour cent" primée aux International Emmy Awards

Ce rôle lui permet de se faire connaître d'un plus large public et d'accéder à d'autres productions. Ainsi, en 2017, elle incarne le personnage principal de la série On va s'aimer un peu, beaucoup... Le tout en cartonnant au théâtre en parallèle. En 2018, elle est à l'affiche de deux gros succès : le film Amanda, et le téléfilm de France 3 Jusqu'à ce que la mort nous unisse.

"L'homme que j'ai condamné", un nouveau projet

C'est désormais sur M6 qu'Ophélia Kolb poursuit sa carrière avec la série L'homme que j'ai condamné. Un thriller dans lequel elle incarne une infirmière prête à tout pour prouver l'innocence d'un homme accusé d'avoir tué sa voisine. Dans une interview accordée à TV Magazine, l'actrice explique s'être reconnue dans le personnage qu'elle incarne : "J’aime me retrouver dans mes personnages et je fais toujours en sorte, quand je lis un texte, de le rapprocher de moi au maximum. Inès me ressemble dans le sens que je doute toujours de tout. Malgré tout, elle fonce, avec un côté brave petit soldat". 

À Allociné, elle raconte : "C'est un personnage qui ne s'arrête jamais, qui ne se contente pas d'une seule réponse. Elle creuse toujours plus, toujours plus loin. J'ai trouvé ça très beau. Et puis j'ai adoré tous les personnages autour. Et notamment le duo avec la détective privée, qui est génial". Quant à l'intrigue dans laquelle se retrouve son personnage, elle se réjouit de ne jamais avoir été appelée pour être jurée : "Je n'ai jamais été jurée, et je pense que je chercherais des solutions pour ne pas y aller si ça devait m'arriver. Mais ça m'a plu justement de m'en approcher par le biais de la fiction. Et puis, dans la vie, je suis pleine de doutes, tout le temps, pour n’importe quel sujet. Et pour Inès, c'est encore plus que ça, puisque ses doutes sont carrément son moteur".

Il faut dire qu'elle apprécie particulièrement de se retrouver dans des thrillers : "C'est ce qui se fait le plus à la télévision. Je crois que c'est le genre que les téléspectateurs aiment voir et donc nous aussi évidemment. Comme nous, on a tout le scénario en main, on connaît très bien l'histoire et ce qui va se passer, les tenants et les aboutissants. On connaît les vrais coupables et c'est cela qui est intéressant", a-t-elle confié à Planet.Fr. Un nouveau rôle pour poursuivre cette carrière sur le petit écran.

A LIRE AUSSI

>> Dix pour cent : quatre saisons... Et un film ?

>> Jusqu’à ce que la mort nous unisse (France 3) Ophélia Kolb : "Bruno Debrandt est une vraie rencontre"

>> Amanda (Arte) : Les débuts d'Isaure Multrier, la fille d’Alexia Laroche-Joubert

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles