L'humanité a consommé tout ce que la planète peut produire en un an

© Getty Images

Après un répit en 2020, porté par les confinements liés à la pandémie de Covid-19, la consommation mondiale a repris de plus belle. Le jour du dépassement intervient chaque année un peu plus tôt : en 2022, l’humanité a encore perdu un jour.

Jeudi, l’humanité aura consommé l’ensemble ce que la planète peut produire en un an sans s’épuiser et elle vivra le reste de l’année à crédit, ont averti les ONG Global Footprint Network et WWF.

Il faudrait 1,75 Terre pour subvenir aux besoins de la population mondiale de façon durable, selon cet indicateur créé par des chercheurs au début des années 1990, et qui ne cesse de s’aggraver.

Cette date correspond à celle où « l’humanité a consommé l’ensemble de ce que les écosystèmes peuvent régénérer en une année », selon les deux ONG.

« Durant les 156 jours qui restent jusqu’à la fin de l’année, notre consommation de ressources renouvelables va consister à grignoter le capital naturel de la planète » précise Laetitia Mailhes de Global Footprint Network.

Cet indicateur ne prend même pas en compte les besoins des autres espèces vivant sur Terre. « Il faut aussi laisser des espaces pour le monde sauvage » ajoute-t-elle.

Une consommation galopante

Le « dépassement » se produit quand la pression humaine dépasse les capacités de régénération des écosystèmes naturels. Il ne cesse de se creuser depuis 50 ans selon Global Footprint Network : 29 décembre en 1970, 4 novembre en 1980, 11 octobre en 1990, 23 septembre en 2000, 7 août en 2010.

En 2020, cette date avait été repoussée de trois semaines sous l’effet des confinements liés à la pandémie de Covid-19, avant de renouer avec les niveaux d’avant.

Cette empreinte...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles