L'hygromycine A, un antibiotique pour traiter la maladie de Lyme

·1 min de lecture

Parce que les antibiotiques actuellement utilisés pour traiter la maladie de Lyme sont à large spectre, endommagent le microbiome et augmentent l'antibiorésistance, les chercheurs de l’université Northeastern de Boston, aux États-Unis, ont cherché un traitement capable de cibler plus spécifiquement la bactérie de type Borrelia burgdorfera, responsable de la borréliose de Lyme. Leur choix s'est ainsi porté sur l'hygromycine A, un antibiotique connu depuis les années 50, qui a a éliminé l'infection chez des souris, en perturbant beaucoup moins le microbiome que les antibiotiques habituellement utilisés.

"Ces propriétés font de l'hygromycine A un candidat intéressant pour le développement d'un antibiotique pour le traitement ciblé de la maladie de Lyme" soulignent les chercheurs dans leur étude publiée dans la revue Cell. "En plus d'épargner le microbiome, le développement de la résistance est très faible et ne se produit que lors de passages multiples. Il n'y a pas de cytotoxicité détectable contre les cellules humaines, et nous n'avons pas pu détecter de toxicité lors d'une administration orale, même à des doses très élevées" ajoutent-ils.

Des antibiotiques souvent injustifiés

Il y a 2 ans, les médecins du service de maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris) avaient évalué 301 patients venus consulter après avoir été exposés à des piqûres de tiques afin d'évaluer si un traitement par antibiotiques (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Cancer du sein : comment faire face à la maladie de sa compagne ?
Ronflements : 10 astuces d'ORL pour apaiser vos nuits
Molnupiravir : ce médicament prometteur contre le Covid sera-t-il bientôt autorisé ?
Covid : une vaste étude française confirme la grande efficacité des vaccins
Cabines de téléconsultation au supermarché : ce qu'il faut savoir

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles