Licorice Pizza : Oscars à l'horizon

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Paul Thomas Anderson
    Paul Thomas Anderson
    Cinéaste américain

De « Boogie Nights » à « Inherent Vice » en passant par « Magnolia » ou « There Will Be Blood », Paul Thomas Anderson a toujours situé ses films à Los Angeles, avec une prédilection pour les années 1970 (« Phantom Thread » étant la seule exception). « Licorice Pizza », une histoire d’amour entre un ado de 15 ans et une jeune femme de dix ans son aînée, ne déroge pas à la règle. À la fois lumineux, tendre et déjanté, cet « Harold et Maude » version « California Dreamin’ » 1973 est une splendeur teintée de nostalgie. Gary Valentine a grandi devant les caméras, mais arrive à un moment où sa carrière stagne. Sans se laisser abattre et malgré son jeune âge, il se lance dans le business de matelas à eau… entraînant avec lui Alana Kane. S’il y est question de cinéma, c’est aussi un film tourné en famille. Les deux acteurs principaux, qui font leur première apparition à l’écran, sont Cooper Hoffman, fils du regretté Philip Seymour Hoffman (« Boogie Nights », « Magnolia », « Punch-Drunk Love », « The Master »), et Alana Haim, du groupe de new-folk Haim, pour qui Paul Thomas Anderson a réalisé sept clips. Et dont la mère a été sa prof d’arts plastiques. Dans cette comédie virtuose, l’ambiance des seventies est fort bien recréée, sur fond de crise du pétrole (avec les files de voitures devant les stations d’essence) ou d’hallucinogènes (cf. la livraison d’un matelas au domicile du boy-friend de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles