Un lien entre apnée du sommeil et Alzheimer ?

De nombreuses études ont déjà fait le lien entre les troubles du sommeil et le risque plus élevé de développer la maladie d'Alzheimer. Plus précisément, le syndrome d'apnée obstructive du sommeil, un trouble respiratoire commun qui touche plus de 30 % des plus de 65 ans, est régulièrement mis sur le banc des accusés. Une nouvelle étude, menée par l'Inserm et publiée dans Jama Neurology, a tenté de comprendre cette association et ses mécanismes biologiques sous-jacents.

Les chercheurs français ont enregistré le sommeil et la respiration au cours de la nuit de 127 personnes âgées de plus de 65 ans, en bonne santé et ne présentant pas de problèmes cognitifs. Ces mesures ont permis de détecter la présence d'apnée du sommeil chez trois quarts d'entre eux. Les participants ont aussi dû réaliser des tests pour évaluer en particulier leur mémoire. Ces tests de performance cognitive n’ont pas permis de différencier les patients : avec ou sans apnée du sommeil, ils obtenaient des résultats similaires aux tests de mémoire.

En revanche, l'imagerie cérébrale réalisée chez tous les participants a montré des changements notables dans le cerveau des personnes atteintes d'apnée du sommeil. Les chercheurs y ont noté une accumulation de protéines beta-amyloïdes plus prononcée. Or, on sait que ces plaques sont une caractéristique de la maladie d'Alzheimer. Les résultats d'imagerie ont également permis d'observer une augmentation de la masse de matière grise et de la consommation de glucose, synonymes de processus inflammatoire au niveau du cerveau.

"Cela ne veut pas dire que ces personnes vont nécessairement développer la maladie, mais elles présentent un risque plus élevé. De plus, il existe des solutions efficaces pour limiter les apnées du sommeil. Détecter ces troubles et les traiter ferait donc partie des moyens pour favoriser un meilleur vieillissement", conclut Géraldine Rauchs, l'une des auteurs de l'étude.

Ces pauses répétées de la respiration doivent faire l’objet d’un dépistage et

(...) Cliquez ici pour voir la suite