• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Vers un non-lieu dans l'affaire Luc Besson ? Son accusatrice Sand Van Roy promet de ne pas en rester là

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Cela fait trois ans que l'actrice Sand Van Roy accuse Luc Besson de viol et tente de faire reconnaître les faits qu'elle reproche au réalisateur. Et pourtant, selon les informations du journal Le Point, confirmées par nos confrères du Parisien et publiées vendredi 8 octobre 2021, l'information judiciaire file tout droit vers un non-lieu. Le 18 mai 2018, l'actrice belgo-néerlandaise déposait plainte pour viol contre Luc Besson. Des faits qui seraient survenus la veille au soir, alors que les deux stars avaient rendez-vous au Bristol, le palace parisien. Deux mois plus tard, Sand Van Roy dénonçait d'autres faits de viols et d'agressions sexuelles qui auraient été commis par Luc Besson au cours de deux années d'une "relation d'emprise professionnelle", comme elle l'a elle-même affirmé. Depuis, la bataille judiciaire fait rage entre les deux parties.

En 2018, la justice mène son enquête et décide d'organiser une confrontation entre la plaignante et le cinéaste. Les deux se retrouvent alors face à face le 11 décembre 2018. À la suite de quoi, le 25 février 2019, le parquet de Paris classe les différentes plaintes sans suite. À l'époque, le parquet affirme ne pas avoir pu "caractériser l’infraction dénoncée dans tous ses éléments constitutifs". Après cette décision, Sand Van Roy avait déposé une nouvelle plainte avec constitution de partie civile. Résultat : l'ouverture d'une nouvelle information judiciaire pour viol, le 2 octobre 2019. Après de long mois d'attente et une pandémie, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles