Lightyear One : la première voiture électrique solaire

Après avoir remporté à plusieurs reprises une course mythique de véhicules propulsés à l’énergie de notre étoile, une bande de jeunes a eu l’idée folle de construire la première berline solaire au monde. Elle est déjà sur les routes.

« Aujourd’hui, notre véhicule Lightyear One peut atteindre une autonomie record de 725 kilomètres »

Lex Hoefsloot, cofondateur et directeur de Lightyear
Paris Match. Comment avez-vous eu l’idée de produire cette grosse berline solaire ?
Lex Hoefsloot. A l’université, je n’ai cessé d’apprendre sur les propriétés de l’énergie solaire. Avec une bande de copains, j’ai remporté trois fois le célèbre World Solar Challenge, une course de véhicules expérimentaux propulsés au solaire. Le but de l’épreuve étant de parcourir 3 021 kilomètres à travers l’Australie centrale et de revenir les batteries chargées à bloc. Une année, on a même battu une équipe du constructeur Honda ! Puis, après les études, nous nous sommes rendu compte que nous étions capables de construire une grosse berline solaire familiale. En quatre mois seulement, le premier prototype était sur roues.

"

On sait déjà produire des véhicules qui ne rejettent aucun polluant et qui se conduisent tout seuls

"

Pensez-vous que la voiture personnelle fera partie d’un futur propre ?
Le changement climatique est l’un des plus gros problèmes auxquels nous ayons jamais été confrontés au cours de notre histoire. Pour éviter de salir davantage la Terre, il est nécessaire de modifier nos méthodes de mobilité. Mais pour voyager entre les villes, la voiture restera sans doute le moyen de transport le plus pratique. On sait déjà produire des véhicules qui ne rejettent aucun polluant et qui se conduisent tout seuls. Dans quelques années, il est certain que nous nous déplacerons dans des voitures zéro émission capables de produire de l’énergie et dans lesquelles on pourra dormir.

La Lightyear One est-elle une sorte de “Solar Impulse” sur route ?
En quelque sorte. Chaque année, notre(...)


Lire la suite sur Paris Match