L'Impératrice : "Il faut vite que l'on aille se réconcilier avec notre public américain"

·1 min de lecture

"On a fait certains concerts devant un public masqué et assis, donc on apprécie encore plus ceux qui sont un peu à l'ancienne, comme les Vieilles Charrues". Le groupe L'impératrice donnaient dimanche soir au festival de Carhaix leur huitième concert depuis la reprise de leur tournée. Ses six membres enchaînent les dates en France, mais aussi en Russie et en Europe de l'Est. "Cette sensation de la scène est incroyable. Elle nous avait tellement manqué ! On s'en aperçoit aujourd'hui", se réjouit Flore, la chanteuse. 

>> Vivez les Vieilles Charrues avec Émilie Mazoyer sur Europe 1 du 8 au 18 juillet

Charles, l'un des deux claviers, s'étonne, dans ce début de deuxième tournée du groupe, que chaque date soit toujours aussi différente. "Un concert dépend vraiment aussi beaucoup du public de l'endroit, de comment ça va sonner sur scène, de ton état de fatigue ou d'excitation, mais aussi du pays", explique-t-il. "Les morceaux sont différents à chaque fois. Chaque concert est nouveau, chaque morceau est unique dans la façon dont on va le jouer, et dans la façon dont le public va le recevoir."

Très heureux de retrouver leur public français, les membres de L'Impératrice expliquent aussi au micro d'Emilie Mazoyer leur impatience à l'idée de renouer avec leur public américain, après une première rencontre qui les avait énormément surpris. Ils devaient y retourner en 2020, mais avaient été empêchés par la pandémie.

"Les gens ne comprenaient pas les paroles, mais ils chantaient quand ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles