Lire une histoire, faire un jeu... La façon dont vous endormez votre enfant influence sa personnalité

cottonbro studio

Bien choisir entre la méthode d’endormissement passive ou active. Pour faire en sorte qu’un enfant s’endorme rapidement et dans de bonnes conditions, chacun fait comme il peut. Certains parents vont davantage opter pour les câlins et les bisous, alors que d’autres vont faire quelques jeux. S’il est évidemment libre à chacun·e de faire comme il ou elle le sent, ces choix ne sont pas sans importance, rapporte le magazine Parents. Selon une étude menée par des chercheur·euses de la Washington State University et publiée dans Frontiers in Psychology, les méthodes d'endormissement pourraient influencer les comportements et la personnalité de l’enfant.

Pour étudier les conséquences de ces méthodes, l’équipe de scientifiques a distingué deux catégories : les méthodes passives (câlins, comptines, lectures, etc.) et les méthodes actives (balades à pied ou en voiture, jeux, etc.). Les recherches se fondent également sur trois facteurs influençant le tempérament de l’enfant : l’émotivité positive (sourire, rire, enthousiasme), l’émotivité négative (détresse, peur, colère, tristesse) et le contrôle des efforts (la concentration et le plaisir des temps calmes).

Après analyse des résultats, les chercheur·euses ont déterminé que les méthodes passives avaient tendance à être corrélées à des tempéraments plus sociables chez les enfants, alors que les techniques actives étaient associées à des tempéraments capricieux ou difficiles. "Nos résultats démontrent l'importance de la question du sommeil (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un jeune parent sur deux a eu envie de quitter son conjoint après la naissance de leur enfant, selon l'Ifop
Harcèlement scolaire : que faire quand on y est confronté ?
Combien de temps faut-il aux parents pour retrouver un sommeil de qualité après une naissance ?
La garde alternée favoriserait l'emploi et l'autonomie financière des femmes selon l'Ined
Santé mentale : une éducation trop sévère favorise-t-elle le risque de dépression ?