Literie : je change de matelas

·2 min de lecture

Le meilleur matériau

Il n'y en a pas ! C’est une question de ressenti. La mousse doit être dense pour garantir un bon confort et éviter l’affaissement (mention haute résilience ou haute densité). Les ressorts offrent une meilleure ventilation, un atout pour ceux qui ont chaud la nuit. Idem pour le latex, un matériau alvéolaire souple, résistant et haut de gamme (minimum 800 €, le matelas deux places).

Ferme ou équilibré ?

Le soutien (très ferme, ferme ou équilibré) assure le maintien de la colonne vertébrale, et évite le mal de dos. Choisissez-le selon votre morphologie : plus on pèse lourd, plus il faut de fermeté. Les deux dormeurs ont des poids différents ? Optez pour un soutien ferme, un bon compromis.

Le confort qui me va

L’accueil est la première sensation quand on s’allonge. Moelleux ou tonique, c’est une question de goût. Tout dépend du matériau qui garnit la surface du matelas (coton, laine…) et de son épaisseur. La mousse à mémoire de forme enveloppe le corps, ce qui ne plaît pas toujours.

L’indépendance du couchage

Garantie par tous les matelas (sauf les modèles bas de gamme), elle permet de bouger sans trop gêner son conjoint. Préférez une largeur de 160 cm plutôt que de 140 cm, vous dormirez mieux (25 % de micro-réveils en moins selon une étude du site infoliterie.com).

Le magasin de literie, pour les conseils

On y trouve un vaste choix de matelas de différentes marques, à partir de 600 € environ. Ce type d’enseigne offre davantage de garanties en cas de problème après-vente. Et l’aide des vendeurs est souvent précieuse. A tenter : négociez avant de passer en caisse, il est possible d'obtenir de 10 à 20 % de remise.

L’enseigne de meubles, pour les petits prix

Certains magasins proposent leur propre collection (« Signature » de But, « Nightitude » de Conforama). Une offre de qualité à prix serrés. A savoir : n’achetez jamais votre literie sur un marché ou lors d’un démarchage. La qualité n’est pas celle promise, et il n’y a pas de service après-vente. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite