Un livre poétique sur l’empathie : découvrez "Châtelet-Lilas" un roman de Sébastien Ortiz

·1 min de lecture

Chatelet Lilas, c’est la ligne 11 du métro parisien. Sébastien Ortiz, dans son livre, raconte donc l’histoire d’un garçon timide. "Il tombe sur une annonce pour être conducteur de métro, nous raconte Nicolas Carreau. Il accepte. Ça lui plait. Un jour, bêtement, en manipulant un appareil, il prend une châtaigne (mais une belle) et en regagnant sa cabine, il se rend compte qu’il a accès à l’esprit des voyageurs. Il entend toutes leurs pensées, il peut voir ce qu’ils voient, entendre ce qu’ils entendent."

Mais c’est un garçon aimable, et bien élevé. Alors, il quitte tout de suite l’esprit de celui qu’il écoute quand il s’aperçoit que ce seront des pensées trop intimes ou cruelles ou le souvenir d’un crime. "Ce n’est pas un polar, a l’air de nous dire l’auteur en présentant la situation"

Beau, délicat, poétique

Chaque chapitre correspond à une station de la ligne 11. Et à chaque fois, c’est la rencontre de différentes personnes. "Ce sont des portraits en creux. Parfois, c’est triste, parfois joyeux, parfois on apprend toute une histoire, parfois juste un détail". Par ailleurs, notre héros est amoureux. C’est une collègue. Elle est toujours au bout de la ligne, à Lilas. Elle n’est pas conductrice. Alors, il pense à elle. Il pense à comment il pourrait pour une fois mettre de côté sa timidité pour lui parler enfin. 

"C’est beau, c’est délicat, poétique, et surtout, c’est un livre sur l’empathie, sur l’intérêt que l’on porte aux autres, ajoute Nicolas Carreau. Pas forcément à ceux qu...


Lire la suite sur Europe1