Loana : BFMTV l'annonce morte par erreur

·2 min de lecture

Les fans de Loana, la grande gagnante de Loft Story, multiplient les frayeurs depuis quelque temps. Après avoir appris que la star de téléréalité avait été hospitalisée lundi 22 février après une overdose selon le chroniqueur de TPMP Guillaume Genton, ses admirateurs viennent de vivre un nouveau coup dur : vendredi 26 février 2021, BFMTV a en effet annoncé sa mort par erreur. Le site internet de la chaîne d'information, qui avait préparé une nécrologie pour la publier au plus vite en cas de drame, l'a malheureusement mise en ligne après une fausse manipulation. La rédaction avait pourtant tout prévu en apposant la mention "Ne pas publier" en lettres capitales devant le titre : "Mort de Loana, première gagnante de Loft Story et pionnière de la téléréalité". La news a bien entendu été effacée peu après cette erreur, mais elle est restée assez de temps en ligne pour être référencée sur le portail Yahoo et sur Google.

Les internautes se sont également empressés de faire des captures d'écran. "Loana Petrucciani, connue sous le seul nom de Loana et révélée par la toute première émission de téléréalité en France, Loft Story, vient de mourir à 43 ans", peut-on y lire. "Quand BFMTV sort par erreur en public un article sur la mort de Loana encore en vie”, “Euh... c'est ce qu'on appelle une boulette !", "C’est quel niveau d’incompétence publier un titre qui dit ‘NE PAS PUBLIER’ '", " Faites attention quand même !" ont-ils écrit sur Twitter, outrés.

En 2019, c'est Le Monde qui avait commis la même erreur. Le quotidien national avait en effet annoncé par erreur le décès de l'ancien dirigeant de l'OM Bernard Tapie, qui se bat contre un cancer. Un an plus tard, en 2020, le journal L'Equipe avait fait la même boulette. "La chaine L’Équipe tient à présenter ses excuses à Bernard Tapie et ses proches, ainsi qu’à ses téléspectateurs, pour la diffusion, par erreur, d’une fausse information", avait fait savoir la chaîne sur Twitter. Pour l'heure BFMTV n'a pas présenté ses excuses concernant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite