Lobotomie : définition, histoire, loi en France, effets, conséquences

La lobotomie est l'une des interventions les plus décriées de l'histoire de la médecine. Considérée comme barbare et inefficace, elle connut pourtant son heure de gloire des années 30 aux années 60.

La lobotomie est une intervention chirurgicale qui consiste à sectionner définitivement les fibres blanches des lobes frontaux. Ces derniers sont ainsi déconnectés du reste du cerveau. L’opération, irréversible, pouvait être effectuée sur les deux lobes frontaux ou alors être partielle.

Lorsqu’elle a été mise au point dans les années trente, l’objectif de la lobotomie était de “soigner” différentes pathologies mentales : les dépressions sévères, la schizophrénie, les psychoses hallucinatoires, les troubles obsessionnels compulsifs sévères. "Les indications se sont ensuite étendues pour traiter des douleurs cancéreuses ou des névralgies de toutes sortes, ainsi que certaines hémorragies digestives ou des pathologies plus floues, dont l'indication chirurgicale a pu être influencée par les familles", expliquent Louis-Marie Terrier, Marc Lévêque, Jean-Gaël Barbara et Aymeric Amelot dans leur publication datée de 2018 et intitulée "La lobotomie frontale : histoire de l'un des techniques chirurgicales les plus controversées" (Disponible en ligne)

La lobotomie a été mise au point en 1935 par deux neurologues portugais : Almeida Lima et Egas Moniz. Ce dernier a même reçu le Prix Nobel de médecine en 1949 pour cette découverte. Mais les travaux de Moniz reposent en réalité sur des recherches (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles