“Loft Story” : Félicien, méconnaissable, a totalement changé de vie

C’est un miracle de Noël. Ou presque. Pour son édition du réveillon, Le Parisien a retrouvé un ancien candidat de Loft Story, l’émission culte de télé-réalité française. Mardi 24 décembre 2019, on pouvait ainsi lire dans les colonnes du quotidien : Si, si, c’est bien Félicien de Loft Story. Et si vous vous posiez la question : oui, oui, c’est bien le titre que Le Parisien a choisi. Les fans de la première heure seront néanmoins heureux de savoir que le chouchou des téléspectateurs a totalement changé de vie et nage dans le bonheur. Ou plutôt, saute dans le bonheur, puisqu’il joue désormais dans l’équipe de basket de Levallois-Perret du championnat de N3. Oublié, la deuxième saison de Loft Story ! Bienvenue aux maillots et aux ballons. En dix sept ans, Félicien Taris a montré qu’il avait plus d’une corde à son arc. “En 2002, à la sortie du Loft, ‘Félou’ signe le tube de l’été avec le cultissime Cu-cum-mania, n°1 du Top 50 vendu à 750.000 exemplaires”, rappellent nos confrères. “Au total, il vendra plus d’un million de disques de ces chansons festives.”

⋙ "Loft Story" : une scandaleuse affaire de viol présumé sur une candidate dans la version espagnole

Ce n’est pas tout ! En 2007, le natif d’Orthez s’occupe d’un documentaire sur les All Black (Au coeur du mythe) pour Canal + avec sa maison de production Toros Editions. “Suivront un autre documentaire sur le Crunch entre la France et l’Angleterre pour France Télévisions et 5 livres sur le rugby et le tennis”, poursuit le journal. Enfin, il tient depuis 2017 “un restaurant avec des spécialités du Sud-Ouest à Levallois”, O’Fam. Du haut de ses 41 printemps, il travaille par ailleurs sur “un projet de parc de loisirs et d’hébergement dans la Chalosse.” Côté sport, Félicien Taris a donc signé avec l’équipe du fief des Balkany. Et l’ex-star du petit écran de confier : “A 16 ans, j’étais en N3 avec mon club de l’Etoile amolloise et je jouais contre les frères Piétrus. Mais j’ai été happé par la télé. Je n’ai aucun regret sauf celui

(...) Cliquez ici pour voir la suite