Un logement trop froid pourrait nuire à votre santé mentale, selon une étude

À l’heure de la crise énergétique, et en plein plan de sobriété, une nouvelle étude pointe les dangers de basses températures en intérieur sur notre santé mentale.

Les raisons susceptibles de mettre à mal notre santé mentale ne manquent pas : prendre les transports en commun tous les jours, subir une éducation trop sévère ou encore être en plein syndrome prémenstruel sont autant de facteurs qui peuvent impacter négativement notre état psychologique, à court ou long terme. Mais une nouvelle étude publiée par la revue Social Science and Medicine vient mettre en cause un nouvel élément de notre quotidien : habiter dans un logement trop froid pourrait également mettre en péril notre santé mentale. À l’heure du plan de sobriété énergétique et de l’arrivée des premiers frimas, c’est une nouvelle dont on se serait bien passé‧es !

L’étude britannique s’est fondée sur les données de la UK Household Longitudinal Study, une des plus grandes enquêtes par panel réalisée à ce jour : 40 000 ménages au Royaume-Uni ont ainsi été sondés, soit près de 100 000 personnes. Le but ? Observer l’impact de la température d’un domicile sur la santé mentale de ses habitant‧es. Repérée par Terrafemina, l’étude s’est intéressée aux foyers peu ou pas chauffés, et a ainsi démontré que les personnes évoluant dans un environnement froid - et n’ayant aucun antécédent de troubles mentaux - présentent deux fois plus de risques de développer une détresse mentale grave. Pour les personnes déjà fragilisées par des troubles psychiques, ce risque serait quant à lui multiplié par 3.

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Thierry Bros : "Protéger son logement du froid ? C’est un peu compliqué à faire aujourd’hui. Cela ne se fera pas dans les trois jours"