Lola Marois : ses messages qui sèment le doute sur sa relation avec Jean-Marie Bigard

Ils se sont rencontrés peu avant 2009, mariés en 2011 et sont devenus parents en 2012. Lola Marois et Jean-Marie Bigard vivent une belle histoire d'amour. Depuis plus de 10 ans, l'actrice de Plus Belle la vie sur France 3 et l'humoriste de 65 ans nourrissent une belle complicité. Mais cette stabilité acquise au fil des années serait-elle en péril ? C'est ce que laissent penser les stories Instagram repérées par nos confrères de Voici, publiées lundi 3 et mardi 4 février 2020. En effet, selon eux, ces publications "suscitent l'inquiétude" quant à l'avenir commun des deux amoureux. À plusieurs reprises, l'interprète d'Ariane Hersant dans Plus belle la vie évoque la tromperie sans jamais faire référence à son mari, Jean-Marie Bigard.

Lola Marois reprend les mots de Beyoncé

Toujours selon Voici, la jeune femme de 37 ans reprend ainsi les paroles très explicites de la star américaine Beyoncé prononcées lors d'un de ses concerts : "Ce n’est pas l’adultère qui fait mal, c’est le type de sal*** avec qui il me trompe. Maintenant je dois la regarder dans les yeux et voir qu’elle a eu la moitié de moi alors qu’elle ne vaut même pas la moitié de moi." pouvait-on lire sur une publication éphémère. Un message clair et significatif. Mais mardi 4 février 2020, Lola Marois publie de nouveau une story et cette fois-ci, elle ne semble pas laisser de place au doute : "Quand tu te transformes en détective à 2 heures du matin et que tu trouves ce que tu cherchais", écrit-elle en légende d'une photo de Bob L'éponge attristé. La comédienne accompagne ce cliché d'un message quelque peu explicite : "Un conseil les meufs… Si vous trouvez, partez ! " Alors, simple message anodin ou véritable révélation sur son couple ? La belle réagit et fait taire les rumeurs sur sa vie amoureuse. Le jour même en fin de journée, elle met en lumière, sur son compte Instagram, un autre article de Voici qui évoque son décolleté à la salle de sport. Visiblement, la femme de Jean-Marie Bigard préfère largement que

(...) Cliquez ici pour voir la suite