“Lolita, méprise sur un fantasme” : la folle histoire du roman incompris de Vladimir Nabokov

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

“Le matin, elle était Lo, simplement Lo, avec son mètre quarante-six et son unique chaussette. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l’école. Elle était Dolores sur les pointillés. Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita.” Voilà les premières lignes du célèbre roman de Vladimir Nabokov, paru en 1955. Elles sortent de la bouche du narrateur, Humbert Humbert, qui décrit alors celle qu’il considère comme “la lumière de [sa] vie, le feu de [ses] reins.” Mais pour le lecteur, qui est vraiment Lolita ? Et pour son auteur, qui était elle vraiment ? Telle est la question à laquelle tente de répondre un passionnant documentaire diffusé mercredi 13 octobre 2021 sur Arte, intitulé Lolita, méprise sur un fantasme. Car cela ne fait aucun doute : il y a eu méprise sur ce personnage culte de la littérature qui a offert son surnom à un nom commun. Le film, signé Olivia Mokiejewski, avec la voix de Denis Podalydes, revient sur la façon dont “l'enfant abusée du chef-d'œuvre de Nabokov s'est transformée en icône érotique dans l'imaginaire collectif.” Un contresens “nourri de scandale et de gloire”, alimenté par de nombreux malentendus qui font de ce chef d'œuvre “l’un des plus incompris de la littérature.”

Comme le rappelle le documentaire, Nabokov disait de Lolita qu’elle était “sa bombe à retardement”. Il ne croyait pas si bien dire. La bombe explose au milieu des années 1950. En s’attaquant, à cette époque, au tabou de la pédophilie, l’écrivain allume la mèche : son livre connaît (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles