« Un si long silence » : la lente reconstruction de la patineuse Sarah Abitbol

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans un documentaire diffusé mercredi 11 mai au soir, la patineuse artistique, médaillée de bronze aux championnats du monde en 2000, revient sur le viol dont elle a été victime à l’âge de 15 ans par son entraîneur.

Ce sont des archives précieuses qui sommeillaient sur des disques durs depuis des années. Les premiers pas de Sarah Abitbol sur la glace. Filmés par un père fou d’admiration pour sa fille dont il semble, d’instinct, avoir deviné le destin de championne et qui, méticuleusement, le documentera par l’image. Ce sont elles, ces vidéos amateures au grain passé, qui ouvrent le documentaire « Un si long silence », réalisé par Emmanuelle Anizon et Remy Burke, diffusé sur France 2, le 11 mai prochain.

Un « clivage intérieur qui permet de survivre »

Adaptation du livre autobiographique de la patineuse, paru aux éditions Plon en 2020, « ce film est le prolongement de cette première prise de parole qui fut loin d’être facile », raconte Sarah Abitbol qui vit aujourd’hui entre la France et les Etats-Unis. Elle y racontait avoir été agressée et violée par son entraineur, Gilles Beyer, à de nombreuses reprises à partir de ses 15 ans.

Lire aussi >> « C’est encore terrible aujourd’hui » : la patineuse Sarah Abitbol révèle avoir été violée par son entraîneur à 15 ans

Encouragée par la parution du livre de Flavie Flament, « La consolation » dans lequel l’animatrice dénonçait son viol par le photographe David Hamilton, l’ancienne médaillée de bronze aux championnats du monde en 2000 décrivait alors avec force l’impossibilité de dire, le clivage intérieur qui permet de survivre, mais ne tient qu’un temps, avant de voler en éclat....

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles