Longe-côte : on se jette à l'eau ?

Depuis des décennies, des pêcheurs à pied traquent la crevette grise avec la technique de la "bichette" : l‘eau à la taille, ils avancent leurs filets dans la mer, pour capturer les animaux. Et les femmes soulagent leurs jambes lourdes en marchant dans les eaux fraîches de l’océan. Mais il a fallu attendre 2007, sous l’impulsion d’associations locales du littoral nord de la France, pour que le longe côte (ou randonnée aquatique) soit reconnu comme véritable pratique sportive. Depuis, il ne cesse de faire de nouveaux adeptes, partout en France. Des groupes d’âges variées se forment avec un objectif : profiter des bienfaits de la mer, et pas seulement en été.

Pratiquée en bord de plage, avec une hauteur d’eau située entre le nombril et la poitrine, l’activité s’exerce effectivement toute l’année, à condition d’être bien équipé (combinaisons intégrales en hiver, quand la mer flirte avec les 10°C). Mais c’est dès les beaux jours que l’on voit pulluler ces drôles de tribus qui avancent groupées, sous les yeux amusés des promeneurs. Les combinaisons se raccourcissent : ça tombe bien, elles sont plus faciles à enfiler et offrent une meilleure liberté de mouvements. Car ce n’est pas aussi simple que ça de marcher en mer ! Le courant, le ressac, les vagues… sont autant d’éléments qui font travailler l’équilibre. Le coach sportif, qui accompagne les pratiquants, peut accentuer la difficulté, avec des séries d’exercices (talons / fesses, genoux / poitrine…), ou encore en accélérant la cadence (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles