L'orchestre de chambre de Paris rend hommage aux victimes du Bataclan

·1 min de lecture

Sur la scène de la Philharmonie, quarante-trois musiciens de l'orchestre de chambre de Paris se dressent fièrement. La voix de la soliste mezzo-soprano Isabelle Druet adoucit les notes dissonantes et inquiétantes jouées par les cordes. Ils interprètent ensemble une œuvre originale du compositeur Bechara El-Khoury qui sera diffusée vendredi soir sur Internet.

Cinq ans après les attentats du 13 novembre 2015 au Bataclan, l'orchestre philharmonique de Paris rend en effet hommage aux victimes en musique. À l'origine de cet hommage, se trouve Louise Albertini, la mère de Stéphane, qui a perdu la vie au Bataclan.

"Il fait novembre en mon âme"

Même si le rock énervé des Eagles of Death Metal qui jouait ce soir là est loin, Louise Albertini souhaitait rendre un hommage. "C'est une musique contemporaine, qui est projetée dans l'avenir et en même temps elle peut être entendu par tous", explique-t-elle. 

>> Retrouvez les entretiens de Patrick Cohen dans Europe midi en replay et en podcast ici

L'œuvre de Bechara El-Khoury est également dénuée de toutes paroles. Une volonté du compositeur, souligne Bruno Messina, médiateur de la Fondation de France qui a chapoté le projet. "On ne peut pas dire ce drame, il y a quelque chose d'indicible. C'est pour cela que la musique vient s'y substituer, que la voix ne porte pas de texte, pour que chacun finalement y mette ses mots à soi", explique-t-il. Cette symphonie de trente-cinq minutes au nom équivoque, Il fait novembre en mon âme, est diffus...


Lire la suite sur Europe1