Lorie Pester amoureuse, ce comportement contre lequel elle pourrait s'emporter : "Je peux être violente"

Tu veux devenir la meilleure amie de Lorie ? Evite de la traquer pour une photo volée. Propulsée sous le feu des projecteurs, alors qu'elle n'a pas atteint la majorité, Laure Pester (son vrai nom) a appris à protéger sa vie privée pour ne pas se brûler les ailes. Ses nombreux fans l'ont néanmoins accompagnée dans ses relations amoureuses avec Billy Crawford, Garou ou encore Philippe Bas, des histoires particulièrement médiatisées dans la presse. Pour autant, l'interprète de Près de moi a toujours pris de la distance avec les gazettes people, verrouillant sa communication. Une décision nécessaire à l'époque sur laquelle elle est revenue dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Gala, à paraître ce jeudi 16 janvier. Car, désormais plus libérée, celle que l'on retrouvera prochainement sur France 3 avec sa nouvelle série Maddy Etcheban accepte aujourd'hui de se livrer sur des sujets sensibles, comme l'endométriose, maladie gynécologique dont elle souffre.

⋙ Lorie Pester quitte la série "Demain vous appartient"

Ce témoignage poignant est la conséquence d'un long travail d'introspection, pendant lequel Lorie a "accepté de lâcher prise davantage". "J'ai enfin communiqué", se réjouit-elle, confiant avoir eu recours à l'hypnose et à un thérapeute. "À ce moment, ça a débloqué quelque chose en moi, jusqu'à ma voix. Je n'ai plus jamais chanté ou joué de la même façon."

Pour autant, il subsiste un sujet tabou : celui de sa vie de couple. Hors de question pour elle de la voir à la une d'un tabloïd sans son autorisation. "Moi j'ai l'habitude d'être 'paparazzée' mais l'autre pas forcément", explique-t-elle. "Et ça vole son intimité. Pour quelqu'un qui n'est pas du milieu, c'est un cauchemar." Et en cas de délit, cette fan de noble art est prête à enfiler les gants. "Vous savez, je peux être violente si je débusque un photographe, je n'ai pas fait de la boxe pour rien", menace-t-elle. "D'ailleurs dans le métier, ça m'a sans doute évité d'être harcelée. Plus d'un aurait pris une droite

(...) Cliquez ici pour voir la suite