Louane empoisonnée au GHB dans un bar parisien ? Elle porte plainte

Les faits remonteraient au lundi 13 juin. En fin de journée, dans un bar de Montmartre situé rue des Abbesses (18e arrondissement de Paris), la chanteuse Louane s'est installée avec la nounou de sa fille pour boire un verre. Elle raconte ne pas avoir quitté sa table, et que personne ne les a rejointes.

Pourtant, les symptômes qu'elle ressent plus tard l'inquiètent : nausées, vertiges, vomissement... jusqu'à tituber, précise une source policière au Parisien. Après avoir tant bien que mal regagné son domicile situé à deux pas, la jeune femme appelle un médecin. Pour le spécialiste aussi, les signes qu'elle décrit sont alarmants. Le généraliste suspecte directement un empoisonnement au GHB, surnommée la "drogue du violeur".

Louane est alors encouragée par le soignant à se rendre au commissariat le plus proche, afin de déposer plainte et d'obtenir une réquisition pour une prise de sang qui permettrait de déterminer l'origine de l'intoxication. Aujourd'hui, une enquête a été ouverte et les résultats des analyses sont encore en attente. Un cas qui, s'il se confirme, viendra s'ajouter à la longue liste d'incidents similaires, recensés dans les bars et boîtes de nuit ces derniers mois.

Un fléau en hausse

"De nombreuses personnes ayant été victimes d'agressions dans des lieux festifs, bars, discothèques, par soumission chimique (GHB/GBL) ont alerté les collectifs féministes et les associations d'aide aux victimes. Cet afflux de témoignages...

Lire la suite


À lire aussi

Quand une responsable de la police culpabilise les femmes empoisonnées au GHB
Rokhaya Diallo : "Pourquoi le mythe de la Parisienne est sexiste"
Maroc : arrêtée pour "avortement illégal", la journaliste Hajar Raissouni porte plainte pour torture

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles