Louane sur la mort de ses parents : "je n'ai jamais voulu faire pleurer dans les chaumières"

·2 min de lecture

Louane n'a pas eu une vie facile. La jeune mère de famille connaît un succès national depuis son passage dans l'émission The Voice dans le courant de l'année 2012. Depuis, tout semble aller pour la star, autant du côté musical que cinématographique. Pourtant, la chanteuse a dû faire face à deux terribles épreuves à l'âge de 16 ans. Et pour cause, la maman de la petite Esmée a perdu ses deux parents en l'espace de quelques mois. Un deuil qu'elle est arrivée à surmonter, entourée par sa famille. Mais la jeune femme n'oublie pas que certains journalistes ont, par le passé, manqué d'empathie à son égard. Dans une interview accordée à Pure Charts samedi 31 octobre 2020, l'interprète de Jour Un a confié : "Certains médias que j'ai pu rencontrer plus jeune n'avaient pas peur d'aller dans les endroits qui me faisaient du mal, pour avoir des choses à écrire". Un fait qui reste au travers de la gorge de l'artiste. En effet, la jolie blonde n'a jamais souhaité compter sur ces tristes épisodes pour avoir la compassion de son public : "Je n'ai jamais voulu faire pleurer dans les chaumières. Je n'avais pas envie de construire une carrière sur ce genre de choses."

Louane a été très affectée par la réaction de certains médias face à son deuil. "On m'emmenait sur le sujet très souvent, quasiment tout le temps. Il y a des gens qui le faisaient avec respect mais d'autres n'en avaient complètement rien à faire", a-t-elle déclaré. "Parfois, je me suis retrouvée face à des journalistes qui me disaient : 'Tes parents sont morts, ça t'a fait quoi ?' Bah, je n'ai pas fait une fête, quoi ! À 17/18 ans, ça, ce n'est pas gérable". Des réactions qui semblent avoir forgé le caractère de la jeune femme. "Donc, dès le début, j'ai mis un mur en béton : "Je raconterai ma vie dans mes chansons et vous ne passerez pas plus loin (...) Aujourd'hui, pour me faire du mal, il faut y aller, c'est beaucoup moins facile. Et à la fois, je n'ai plus peur, si un jour je m'effondre, c'est comme ça, je suis humaine (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite