Louis de Funès paranoïaque ? Ces troubles obsessionnels qui lui gâchaient la vie

·1 min de lecture

Une facette du comédien que l'on ne soupçonnait pas... Trois décennies après la mort de Louis de Funès, emporté à l'âge de soixante-huit ans d'un arrêt cardiaque, l'acteur reste l'un des piliers incontournables du cinéma Français. À tel point que quarante ans plus tard, Le Parisien Magazine lui accorde une édition spéciale. À quoi ressemblait le quotidien du comédien une fois les caméras éteintes ? Comment se comportait-il avec sa femme Jeanne et ses trois enfants ? Des questions auxquelles ses amis de longue date ont accepté de répondre. Et en réalité, Louis de Funès était bien moins enthousiaste dans sa vie privée que devant l'objectif. Pire encore, le grand-père de Julia de Funès faisait des crises de paranoïa...

Dans son édition parue le 16 juillet 2021, Le Parisien Magazine dépeint le portrait de Louis de Funès, environ dix ans avant sa mort, lorsque ce dernier a fait l'acquisition du château de Clermont, tout près de Nantes, pour la modique somme de 830.000 francs. Une somme conséquente qui représenterait aujourd'hui environ 1 million d'euros, soit le cachet que l'acteur pouvait toucher à l'époque pour un seul film. À partir de 1967, Louis de Funès s'exilera dès que possible dans ce domaine de trente hectares : "L'acteur y viendra dès qu'il pourra quitter son domicile situé près du parc Monceau, à Paris", peut-on lire. Cependant, la grandeur des lieux a fait naître chez lui des troubles obsessionnels...

"Chaque soir, alors que le repas refroidissait, il vérifiait durant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles