Louis Vuitton, l'artisan malletier français à l'origine de la célèbre marque de luxe

·1 min de lecture

Nous sommes en 1854, à Paris. Depuis quelques semaines, Louis Vuitton, un jeune malletier a ouvert, avec les moyens du bord, sa première boutique au 4, rue Neuve des Capucines, dans le centre de la capitale. Le local est exigu, et il n'y a même pas une chaise pour accueillir les clients. Imaginez donc le plaisir de Louis Vuitton lorsque l'épouse de Napoléon III, l'impératrice Eugénie en personne, se présente devant son magasin, vêtue d'une robe fastueuse, accompagnée de deux dames de compagnie et d'un garde.

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

L'impératrice est venue lui donner son emploi du temps des semaines à venir, car elle tient à ce que ce soit lui, et lui seul, qui se charge d'emballer ses affaires pour ses prochains voyages. Lorsque la souveraine ressort de la boutique, une véritable foule s'est formée à l'extérieur. Le nom de Louis Vuitton est bientôt sur toutes les lèvres. C'est un emballeur de grand prestige, et d'une parfaite fiabilité. De la haute bourgeoisie jusqu'à la noblesse, tout le monde veut faire emballer ses affaires par Louis Vuitton. Et cela dure encore aujourd'hui.

D'un milieu modeste à une amitié impériale

Mais revenons aux origines. Louis Vuitton, né il y a tout juste 200 ans, en 1821, en a seulement 13 lorsqu'il quitte, seul, sans une miette de pain, mais avec de la détermination à revendre, le moulin familial pour échapper à sa belle...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles