LR refuse de joindre ses "voix à celles de LFI" et ne votera pas la motion de censure contre le gouvernement

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Annie Genevard, présidente par intérim du parti Les Républicains, affirme que "notre objectif n'est pas de réaliser un coup politique à l'occasion d'une motion de censure".

"Nous ne joindrons pas nos voix à celles de LFI", a déclaré ce mardi sur BFMTV la présidente par intérim des Républicains (LR) Annie Genevard. "Nous ne la voterons pas", a-t-elle appuyé concernant la motion de censure que La France insoumise (LFI) a annoncé déposer dès mercredi, jour de la déclaration de politique générale d'Élisabeth Borne, qui ne compte pas solliciter de vote de confiance.

"La confiance" du gouvernement "est érodée" mais "notre objectif n'est pas de réaliser un coup politique à l'occasion d'une motion de censure", a étayé la députée de la cinquième circonscription du Doubs, vice-présidente de l'Assemblée sous la précédente législature.

Borne a "un problème politique", pour Genevard

"La Première ministre n'engagera pas la confiance de son gouvernement et on le comprend. La confiance, comment voulez-vous qu'elle soit établie après un quinquennat ou le président de la République avait la majorité absolue et en a usé et abusé sans jamais prendre en compte nos propositions?", a critiqué aussi Annie Genevard.

"Elle a un problème politique, elle ne parviendrait pas à obtenir la confiance donc de là à faire tomber le gouvernement en alliant nos voix à La France insoumise, non, je crois que Les Républicains sont une formation responsable qui ne s'engageront pas dans cette voie", selon Annie Genevard.

À l'Assemblée, Renaissance (ex-LaREM), le MoDem, Agir et Horizons ne disposent plus que de 250 députés au total, alors que la majorité absolue est fixée à 289 sièges.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Cela paraît totalement irréaliste de l’imaginer, pourtant c’est la seule solution aujourd’hui, en France, en 2022 : une élection présidentielle anticipée"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles