Lucie Lucas : qui est Adrien, son mari

Lucie Lucas a pris la parole sur Instagram afin de raconter son histoire. L'héroïne de Clem a ainsi révélé avoir été violée à plusieurs reprises au cours de sa vie et c'est suite à la manifestation Nous toutes qui visaient à dénoncer les féminicides et qui s'est tenue ce 23 novembre qu'elle a décidé de tout dévoiler. En se confiant sur un pan de sa vie, la comédienne compte bien sensibiliser et peut-être donner du courage à d'autres personnes. Si elle n'oublie pas, elle avance, soutenue par l'amour de ses trois enfants et de son mari Adrien.

Si c'est à l'âge de 13 ans qu'elle a eu le coup de foudre pour Adrien, c'est seulement six ans plus tard que le garçon va craquer pour elle. Dans les colonnes de Gala, la comédienne de 33 ans avait raconté leur rencontre : "Je partais en train rejoindre mes cousines en Bretagne. À la gare Saint-Lazare, au milieu de la foule, j'aperçois un garçon très mignon. Nos regards se croisent... C'était lui ! Il ne m'avait pas oubliée. Nous nous sommes revus et depuis, on ne se quitte plus".

⋙ Lucie Lucas prête à faire de la chirurgie esthétique pour éviter les rides ? "J’appréhende"

Dans la vie, Adrien est bien loin du monde des paillettes car il a une société qui aide les propriétaires de food-trucks. Lucie Lucas et son mari, heureux parents de Lilou (née en 2010), Moïra (née en 2012) et Milo (né en 2018), ne s'affichent que très peu dans les médias et c'est loin de Paris qu'ils ont décidé de faire leur vie. C'est en Bretagne que les amoureux s'épanouissent où ils ont même monté une ferme écologique. "Avec mon mari, nous avons décidé de quitter Paris. Début janvier, nous partions nous installer dans une ferme écologique en Bretagne et tenter une nouvelle expérience. La nature me manque, j'ai envie que mes enfants apprennent à cultiver, à cuisiner, à faire des cabanes. Je veux les voir courir dans les champs. Et j'aimerais qu'ils deviennent autonomes dans leur façon de vivre et de se nourrir", expliquait-elle à nos confrères de Télé Star en

(...) Cliquez ici pour voir la suite