Luminothérapie : quels sont ses bienfaits ?

Cicatrisation, immunité, moral, énergie, humeur... La lumière est reconnue pour ses nombreux bienfaits depuis des années. Elle joue un rôle clé dans le bon fonctionnement de l’organisme, en particulier sur la vision et les fonctions biologiques. La lumière joue un rôle de régulateur du rythme biologique. Elle pénètre dans l’organisme par les yeux via la rétine, qui transmettent un signal au cerveau, plus précisément à l’hypothalamus. Cette partie du cerveau commande la sécrétion d’hormones qui gère et régule l’alternance jour/nuit. Ce rythme d’environ 24 heures appelé "circadien" est géré par l’horloge biologique interne. Si l'on reçoit suffisamment de lumière, cette dernière a moins de chance de se voir déreglée.

La diminution de luminosité peut ainsi bouleverser l’horloge biologique interne et causer du stress, des troubles du sommeil ou une baisse de vitalité. Une solution pour pallier à ce manque de lumière : la luminothérapie.

Qu'est-ce que la luminothérapie ?

La luminothérapie, aussi appelée photothérapie, est considérée comme une médecine douce. Elle consiste à exposer son organisme tous les jours, de préférence le matin, durant 30 minutes, à une lampe de luminothérapie qui diffuse une lumière de 2500 lux. Cette lumière artificielle de couleur blanche est dite "à large spectre". Elle se rapproche et imite la lumière du soleil pour traiter les problèmes engendrés par le manque de luminosité, soit les troubles associés aux dérèglements de l’horloge biologique interne. Cette thérapie par la lumière peut être réalisée soit par des professionnels, soit à domicile à l'aide d'appareils destinés au grand public.

La luminothérapie permet de compenser le manque de lumière et de retrouver la vitalité et le moral. Cette médecine douce, qui agit directement sur le système endocrinien, vise à réguler les taux de certaines hormones. Elle bloque la mélatonine, une hormone qui déclenche le sommeil, sécrétée anormalement dans la journée par manque d’exposition à la lumière. Et elle

(...) Cliquez ici pour voir la suite