Lune : le sommeil des hommes davantage perturbé que celui des femmes !

·2 min de lecture

Tout le monde le sait, ou presque, les cycles lunaires influencent notre sommeil. Une nouvelle étude vient de paraître et indique que les hommes seraient beaucoup plus touchés que les femmes. Version Femina vous explique tout dans cet article !

La pleine lune a-t-elle des répercussions sur notre sommeil ? Les études s’enchaînent à ce sujet et aucune n’est semblable à l’autre ! Une nouvelle étude publiée par la revue Science of the Total Environnement vient ajouter son grain de sel. Les résultats mettent en lumière que les hommes et les femmes ne réagissent pas de la même façon qu’en aux cycles lunaires. Il a fallu de nombreuses semaines pour réaliser cette étude. L’équipe de l'Université d'Uppsala (Suède), a demandé à 852 participants des deux sexes de participer à cette recherche (492 femmes et 360 hommes). Pour ce faire, les cobayes étaient enregistrés toute la nuit durant leur sommeil et il semblerait que la qualité du repos est modfiée en fonction des différentes phases de la lune.

"Nous avons constaté que les hommes dont le sommeil a été enregistré pendant les nuits de la période croissante du cycle lunaire présentaient un sommeil moins réparateur et un temps d'éveil plus long après le début du sommeil par rapport aux hommes dont le sommeil a été mesuré pendant les nuits de la période décroissante", précise les chercheurs. Et étonnamment, ils n’ont trouvé aucun effet lunaire sur le sommeil de la gent féminine. C’est une étude d’observation que l'équipe met en avant. Selon eux, l’impact sur le sommeil serait en raison de la lumière du soleil projetée sur la lune à l’heure où les humains se couchent habituellement. Le cerveau des...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles