Lupus : les premiers symptômes de cette maladie auto-immune

Le lupus est ce qu’on appelle une maladie systémique : elle peut toucher plusieurs organes. L’atteinte est très variable d’un malade à l’autre et la maladie évolue par poussées qui peuvent être espacées de plusieurs mois voire plusieurs années. Lors des poussées, les symptômes s'aggravent et ils s’améliorent lors des périodes de rémission.

“Les trois atteintes les plus courantes sont la peau, les reins et les articulations.”, explique Johanna Clouscard, Présidente de l’association Lupus France et atteinte d’un lupus depuis 20 ans. Le cerveau et le cœur peuvent également être touchés. Comme le précise le centre national de référence pour le lupus, la maladie est parfois associée à d’autres maladies auto-immunes, comme la thyroïdite auto-immune (14%), le syndrome de Gougerot-Sjögren (15%), ou le syndrome des anti-phospholipides (15% des cas).

Les causes du lupus demeurent encore mal connues mais il s’agit d’une maladie multifactorielle. Au lieu de défendre l’organisme contre des agents extérieurs, le système immunitaire se retourne contre l’organisme. Ces auto-anticorps qui attaquent et détruisent les tissus sains de l’organisme.

Le lupus n’est pas une maladie génétique ni héréditaire mais on observe en revanche des facteurs génétiques et des associations de prédispositions génétiques, avec par exemple des associations plus fréquentes de maladies auto-immunes dans certaines familles.

Mais d'auteurs facteurs jouent également un rôle dans l’apparition du lupus : des facteurs environnementaux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite