L'usage du téléphone et de la visio en voiture en hausse depuis le Covid-19

·2 min de lecture
10% des télétravailleurs disent participer à des visioconférences au volant (image d'illustration). (Photo: AscentXmedia via Getty Images)
10% des télétravailleurs disent participer à des visioconférences au volant (image d'illustration). (Photo: AscentXmedia via Getty Images)

VIE DE BUREAU - “Aux conducteurs qui résistent... MERCI à Vous.” Voici le nouveau message de la campagne de sécurité routière lancée par la Sanef (Société des Autoroutes du Nord et de l’Est de la France) mardi 9 novembre.

Car selon une étude qu’elle a commandée*, 81% des conducteurs interrogés reconnaissent utiliser leur téléphone au volant. Le Parisien, qui a eu accès aux résultats de l’enquête, précise que ce taux s’élève à 84% chez les 25-34 ans. Des taux qui restent élevés, malgré les avertissements et sanctions (l’utilisation d’un portable est sanctionnée par une amende de 135 euros et un retrait de 3 points).

La crise sanitaire a même empiré la situation: 15% des télétravailleurs déclarent plus utiliser leur téléphone au volant qu’avant la pandémie. 10% d’entre eux concèdent même participer à des visioconférences dans la voiture. Pascal Contremoulins, en charge de la sécurité routière au groupe Sanef, s’insurge dans leParisien: “C’est de l’inconscience. En termes de distraction, une visio, c’est extrême. Lors d’un échange professionnel, on se concentre davantage. Et c’est impossible d’être à 100 % à sa tâche de conduite.”

Connectés au travail, même en voiture

Comment expliquer de tels comportements? “Depuis les déconfinements, il y a eu un glissement des comportements, analyse-t-il. Avec le télétravail, on est connecté en permanence. On a aussi développé de nouveaux outils qui permettent de l’être. Et cette habitude perdure dans la voiture.”

En résultent le manque d’attention, la réduction de la distance de sécurité, les changements de vitesse ou encore la réduction du champ de vision, qui mettent “en danger les automobilistes mais aussi nos agents en intervention sur les voies”, explique encore Pascal Contremoulins.

D’après la Sécurité routière, l’usage du téléphone au volant multiplie par trois le risque d’accident, et par 23 en cas de lecture d’un SMS.

*Étude réalisée par ViaVoice entre le 13 et 15 octobre 2021 auprès d’un échantillon de plus de 850 automobilistes.

À voir également sur Le HuffPost: Philippe Etchebest dans le spot de la sécurité routière pour le déconfinement

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles