Lutte anti-pollution : les seniors plus verts qu’on ne croit

·1 min de lecture

C'est sûr, Estelle, Jean-Louis, Françoise ou Philippe sont moins médiatisés que Greta Thunberg. Eux non plus ne veulent cependant pas d’un avenir sacrifié. Déjà sensibilisés depuis plusieurs années, ils sautent le pas et s’engagent à présent sur le terrain. Une bonne nouvelle pour les associations de défense de l’environnement, car ces seniors ont autant de temps que d’expérience à offrir. De sérieux atouts pour peser dans la balance, ou plutôt dans le game, comme diraient leurs petits-enfants. « On est 16 millions de plus de 60 ans et on a un rôle à jouer », insiste Estelle, cofondatrice de l’antenne française de l’association Grands-Parents pour le climat. Un engagement qui ne date pas d’hier pour la septuagénaire. Écolo depuis toujours, active dans la politique locale, Estelle a l’habitude de s’impliquer et d’agir. « J’ai vu qu’il y avait des grands-parents qui se bougeaient en Suisse, en Belgique ou encore en Norvège, alors je me suis mise en contact avec eux, raconte-t-elle. Nous avons testé l’idée d’une association autour de nous, et nous nous sommes aperçus qu’il y avait un vrai besoin. » Grands-Parents pour le climat s’installe finalement en France en 2015, et plusieurs groupes commencent à essaimer sur tout le territoire.

Si l’implication des seniors ne fait pas de bruit, c’est qu’elle passe d’abord par la maison, le marché ou les petits commerces. Estelle et les autres défendent la « part du colibri », une action en apparence mineure mais qui peut faire une grande différence (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite