Les lycéennes britanniques dénoncent la vente de tenues d'écolière dans les sex-shops

En Angleterre, de nombreuses lycéennes dénoncent la vente de tenues d'écolière dans les sex-shops. Une vente que les jeunes Britanniques jugent largement sexualisante, sexiste et scandaleuse.

C'est plus précisément au sein de la Sandbach High School, dans la région du Cheshire (dans le nord-ouest de l'Angleterre), que des étudiantes ont décidé d'interpeller le gouvernement, en lançant une pétition exigeant que l'exposition et la vente d'uniformes scolaires dans les sex-shops soient interdites. Un texte dénonçant une forme "d'exploitation sexuelle" et alertant sur "la sécurité de millions de jeunes", qui a déjà recueilli 3 000 signatures (il en faudrait 10 000 pour que le gouvernement envisage d'y répondre).

Comme le rappelle Slate, une jeune fille sur trois a déjà été harcelée en Angleterre alors qu'elle portait son uniforme scolaire obligatoire, suivant les chiffres relayés par la branche britannique de l'ONG Plan International. La mobilisation des étudiantes est une réaction à ce harcèlement systématique.

"Mon uniforme n'est pas un costume"

"Mon uniforme n'est pas un costume et je devrais être traitée comme un être humain, que ce soit lorsque je rentre chez moi à pied, lorsque je prends le bus ou simplement lorsque je me rend à l'école", a détaillé Hannah, l'une des étudiantes signataires de la pétition. Elle dénonce notamment l'instrumentalisation de la tenue d'écolière comme costume "sexy" dans les sex-shops, mais également dans les...

Lire la suite


À lire aussi

"La tenue ne justifie pas le viol" : les lycéennes se mobilisent contre le sexisme
Reni Eddo-Lodge devient la première Britannique noire en tête des ventes de livres
Meghan Markle victime de racisme et de sexisme : des députées britanniques dénoncent

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles