Lymphome non hodgkinien : causes, symptômes, diagnostic, évolution, traitements

Selon l’Institut Curie, 50 % des cancers du sang sont des lymphomes. Et 80 % des lymphomes sont non hodgkiniens. Les lymphomes sont la résultante d’une prolifération anarchique des lymphocytes, autrement dit de certains globules blancs. Ces lymphocytes vont alors coloniser les ganglions lymphatiques, la moelle osseuse, la rate, ou d’autres organes. Découvrez les symptômes, les causes et les traitements du lymphome non hodgkinien.

Selon l’Institut National du Cancer, on compte environ 11 000 nouveaux cas de lymphomes non hodgkiniens chaque année en France. Un chiffre en nette progression ces 30 dernières années, notamment en raison du vieillissement de la population et de l’exposition plus fréquente à divers facteurs de risque. Cette pathologie affecte les enfants comme les adultes, mais est plus fréquemment rencontrée chez les sujets âgés de 65 ans et plus. Le lymphome non hodgkinien se définit comme un cancer du système immunitaire, provoqué par la croissance non contrôlée des lymphocytes (particulièrement des lymphocytes T et des lymphocytes B). Ces globules blancs, qui participent au système de défense immunitaire de l’organisme, vont proliférer au niveau des ganglions lymphatiques, de la rate, du foie, de la moelle osseuse, et vont entrainer un gonflement de ces derniers.

Parmi les symptômes du lymphome non hodgkinien, on observe un gonflement des ganglions, sans douleur à la palpation. On parle à ce titre d’adénopathie. Ces ganglions comprimant des vaisseaux sanguins, des (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles