Une mère accusée d’avoir empoisonné ses deux filles avant de tenter de se suicider

Pixabay

Cette histoire sordide parvenue en 2019 va enfin trouver une conclusion. Sylvie W., infirmière, se retrouve sur le banc des accusés lors de son procès, qui s'ouvre lundi 7 novembre à Dijon, comme le rapporte Le Monde. La mère élevait seule ses deux filles depuis sa séparation avec leur père. Depuis des mois, elle prenait des antidépresseurs et traversait une période très compliquée. Encore en période d'essai à son travail, la femme de 42 ans était tout de même perçue comme expérimentée et fiable. Ses collègues la sentait sous pression et avaient remarqué une dégradation de sa santé mentale. Le vendredi 22 novembre 2019, le jour du drame, sa supérieure avait justement sollicité la direction pour lui donner une semaine de congé. Les psychiatres ayant évalué sa santé mentale ont conclu qu'elle traversait un épisode dépressif d'une "particulière intensité". "J’étais rien", leur aurait-elle dit. Cette terrible histoire rappelle les suicides forcés dans le cadre des violence conjugale.

Le 22 novembre 2019 est un jour comme les autres pour la famille. Sylvie W., prépare le diner, donne à manger au chat et s'installe avec ses filles pour regarder la télévision. Mais ce que les fillettes ne savent pas, c'est que l'infirmière à voler des stylets d’insuline et des comprimés de Tranxene sur son lieu de travail, plus tôt dans la journée. Pendant que les filles prenaient leur bain, la mère aurait pris soin d'informer l'école des fillettes qu'elles ne seraient sûrement pas présentes le lundi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite