Une mère accusée du meurtre de sa fille, poursuivie pour triple infanticide

Depuis le début de l’année 2022, une affaire d’infanticide secoue la Grèce. En effet, une infirmière âgée de 33 ans, originaire de Patras, une ville se situant dans la région ouest de la Grèce, qui avait été mise en examen et écrouée pour le meurtre de sa fille, est désormais poursuivie pour avoir tué ses deux autres enfants. Elle a été inculpée "d’homicide volontaire pour la mort de sa fille aînée", comme l’a fait savoir l’AFP, lundi 1er août 2022. Sa petite fille de neuf ans avait été hospitalisée à de nombreuses reprises, avant de succomber fin janvier 2022, après avoir été empoisonnée par sa mère. D’après les résultats de l’autopsie et des examens toxicologiques, de la kétamine et un anesthésiant vétérinaire avaient été retrouvés dans l’organisme de la fillette. Ces résultats avaient alors "déclenché des poursuites pénales à l’encontre de la mère". Toutefois, la trentenaire, qui avait été placée depuis avril dans une prison de haute sécurité à Athènes, a toujours rejeté les accusations des enquêteurs, durant son audition qui a eu lieu en mars 2022.

Après avoir mené une enquête judiciaire autour de cette mère de famille qui vivait séparée de son mari depuis un an, les procureurs ont ajouté à son encontre "les charges de meurtres sur ses deux autres filles âgées de trois ans et demi et de six mois, survenus respectivement à l’été 2019 et en mars 2021", a détaillé l’AFP. Une source judiciaire proche du dossier a confié à nos confrères que c’est à l’aide d’un récent rapport présenté (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles