Une mère achète de la vitamine D surdosée sur Internet, son bébé passe deux semaines à l'hôpital

© Stefan Tomic / iStock

Commandant le médicament sur Internet, les parents se trompent dans la dose à donner à leur nourrisson de deux mois.

Deux semaines à l’hôpital à cause d’un surdosage en vitamine D. Sur les conseils d’un professionnel de santé, les parents d’un bébé de six mois achètent de la vitamine D sur Internet… sans savoir qu’elle était trop dosée et aurait pu risquer la vie de leur enfant. « On a failli le perdre », raconte la maman au journal « Le Parisien », samedi 23 juillet.

Lire aussi >> Prendre de la vitamine en intraveineuse, lubie wellness ou bonne idée ?

Depuis sa naissance, le nourrisson prend du ZymaD, un médicament fréquemment administré en France aux nouveau-nés et aux enfants de moins de cinq ans pour prévenir les risques de rachitisme et de déminéralisation osseuse. Mais cette solution, prescrite à la maternité, donne des coliques à son fils. Une médecin conseille alors aux parents une autre marque, du Sunday Natural.

Confusion sur le dosage

Sur l’étiquette, la dose à prescrire à leur bébé est la même que le ZymaD : 10 000 Ul. Ce que les parents ignorent, c’est que le dosage est indiqué pour une goutte, et non pour un millilitre, comme c’est le cas du ZymaD. Le packaging est en allemand et aucun des parents n’est germanophone. Résultat : leur enfant reçoit une surdose de vitamine D et dérègle sa croissance. Il cesse de prendre du poids et rencontre des difficultés à se mettre sur le ventre.

Inquiète, sa mère l’emmène aux urgences. Sur place, les médecins découvrent une néphrocalcinose – un excès de calcium dans le rein...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles