“Médecine générale”, roman loufoque et thérapeutique d'Olivier Cadiot

Sylvie Tanette
·1 min de lecture
© Helene Bamberger/POL
© Helene Bamberger/POL

“Pourquoi prendre des détours sans arrêt ? Pourquoi tu ne racontes pas tout simplement ce qui t’est arrivé ici ?” La phrase, en apparence anodine, est très symboliquement située au centre du livre. La question du pourquoi et comment écrire était déjà au cœur d’Histoire de la littérature récente (P.O.L), délicieux traité littéraire publié en deux tomes, en 2016 et 2017. Elle occupe une grande partie de ce roman farfelu qui semble être une mise en fiction des obsessions d’Olivier Cadiot.

Soit trois personnages égarés mais ensemble. Un narrateur, un peu perdu depuis la mort de son demi-frère. Mathilde, qui vient de rentrer en France après trente ans passés en Inde. Elle décide d’aller s’installer dans sa vieille maison de famille en province, et le narrateur l’accompagne. Pierre, rencontré par hasard, jeune garçon qui sort de prison et semble “comme sans passé”. Sur la suggestion du narrateur, tous·tes trois vont tenter une expérience : échanger sur les questions qui les entravent, s’entraider pour s’en sortir, et entamer une nouvelle vie dont il ne cesse de redéfinir les contours : “On va tout reprendre à zéro.”

Il·elles sont comme des naufragé·es, personnages en quête de sens ou de soin, car tous·tes sont mal en point. Insatisfait de ce qu’on lui a proposé jusqu’alors, le narrateur cherche à créer une nouvelle religion, et Cadiot parsème leur recherche spirituelle de toutes sortes de situations cocasses et de rencontres improbables.

Lire la suite...