Médicaments : ces erreurs dangereuses qui peuvent conduire aux urgences

Selon le Réseau Français des Centres Régionaux de Pharmacovigilance (RFCRPV), les iatrogénies médicamenteuses qui ont entraîné une hospitalisation étaient au nombre de 144.000 dans l’Hexagone en 2007. Ce nombre atteint les 212.500 en 2018, soit une augmentation de 136 % en 11 ans. Les effets indésirables à l’origine de ces hospitalisations varient entre des manifestations hémorragiques (8,8 %), des atteintes hématologiques (6,5 %), des insuffisances rénales aiguës (6,3 %), des troubles hydro-électrolytiques (6,0 %), des chutes (5,2 %), etc…

L’étude révèle un autre chiffre également très inquiétant, celui de 16,1 %. Ce dernier représente le pourcentage d’hospitalisations qui auraient pu être évitées si les médicaments en question avaient été pris, selon les recommandations. Plusieurs causes sont présentées dans l’étude, voici les quatre principales :

Les auteurs de l’étude souhaitent que cette dernière conduise à des actions de prévention ciblées sur les classes médicamenteuses les plus à risque ainsi qu’une promotion du bon usage des médicaments. Voici déjà les quatre causes d’hospitalisation principales et comment les éviter.

L'étude le montre bien : dans la majorité des cas, les effets indésirables sont liés au non-respect de dose et durée de la prescription. Cela donne souvent lieu à des surdosages. Selon l’Assurance Maladie, le surdosage peut être lié à trois situations principales : “une erreur de prescription sur l’ordonnance, une erreur au moment de la prise, une confusion (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles