Médicaments : la liste complète des anti-inflammatoires à ne surtout pas prendre en cas de suspicion de coronavirus

Maux de tête, fièvre, migraine, toux, gastro-entérite, règles douloureuses… Plusieurs d’entre nous ont recours à l’automédication, qui consiste à soigner nos petits maux ou pathologies avec des médicaments dûment autorisés sans avis médical au préalable, lorsque certains symptômes font leur apparition. Pourtant, si l’automédication peut être dangereuse en règle général, elle l’est d’autant plus en cas d'infection comme le coronavirus. En effet, si vous avez de la fièvre, de la toux ou rencontrez des difficultés à respirer, mieux vaut faire l’impasse sur les anti-inflammatoires.

"La prise d'anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone, ...) pourrait être un facteur d'aggravation de l’infection. En cas de fièvre, prenez du paracétamol. Si vous êtes déjà sous anti-inflammatoires ou en cas de doute, demandez conseil à votre médecin", a mis en garde le ministre de la Santé, Olivier Véran sur son compte Twitter, le 14 mars dernier. Cette déclaration ferait suite aux signalements de plusieurs médecins hospitaliers, qui auraient fait le lien entre la prise d’anti-inflammatoire et l’exacerbation des symptômes dans des cas graves de nouveau coronavirus.

Covid-19 : pourquoi il ne faut surtout pas prendre d’anti-inflammatoires ?

La prise d’anti-inflammatoires est vivement déconseillée car elle pourrait être un facteur d’aggravation de l’infection au Covid-19. "En effet, les anti-inflammatoires (dont l’ibuprofène) peuvent masquer une infection et potentiellement avoir un effet aggravant dans certaines situations. Si vous êtes actuellement traité par anti-inflammatoires ou par corticoïdes, n’arrêtez pas votre traitement et rapprochez-vous de votre médecin si nécessaire", indique l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) sur son site.

Coronavirus : le paracétamol est le seul médicament conseillé

Dans sa publication sur Twitter, le ministre de la Santé appelle les patients à privilégier uniquement l’utilisation du paracétamol, en cas de fièvre ou de

(...) Cliquez ici pour voir la suite