Médicaments pendant la grossesse : le mycophénolate est encore trop prescrit malgré le risque de malformations

On le sait : certains médicaments sont contre-indiqués chez la femme enceinte. C'est notamment le cas du mycophénolate, utilisé pour prévenir le risque de rejet après une greffe d'organe, mais aussi pour pour traiter certaines maladies auto-immunes telles que la sclérose en plaques. Et pour cause : il est associé à risque accru de fausses couches et de malformations congénitales.

Pourtant, l’utilisation de cet immunosuppresseur reste trop fréquente chez les femmes enceintes. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Une hausse de 44 % de l’utilisation de ce médicament a ainsi été enregistrée en France, entre 2010 et 2017.

Malformations : 12 % des bébés exposés à ce médicament concernés

Au cours de cette étude, menée sur plus de 17 500 femmes en âge de procréer, 383 grossesses ont pu être identifiées chez les femmes sous prescription de mycophénolate. 41 % de ces grossesses ont été interrompues (interruption volontaire ou médicale de grossesse), et 12 % des nouveau-nés exposés à ce médicament avaient un diagnostic de malformation à la naissance.

Ces recherches indiquent cependant une baisse importante de l’utilisation de ce médicament en période pré et péri-conceptionnelle.

Mycophénolate : les recommandations de l'ANSM

Des résultats inquiétants, qui poussent l’ANSM à rappeler les conditions d’utilisation du mycophénolate : il est contre-indiqué "chez les femmes enceintes et chez les femmes susceptibles de procréer n’utilisant pas de méthode contraceptive efficace et adaptée, sauf en l’absence d’alternative thérapeutique appropriée, pour prévenir le rejet de greffe ou traiter la pathologie. Le mycophénolate est également contre-indiqué pendant l’allaitement".

L’ANSM rappelle également qu’"aucune interruption de traitement par mycophénolate ou par tout autre immunosuppresseur ne doit être décidée sans avis médical, même en cas de suspicion ou de découverte de grossesse".

A lire aussi :

⋙ Médicaments pendant la grossesse : lesquels

(...) Cliquez ici pour voir la suite