Méditation à l'école : pourquoi la Ligue des droits de l'homme la trouve dangereuse ?

·1 min de lecture

Dans un communiqué en date du 26 juin, la Ligue des droits de l'homme (LDH) revient sur la naissance, les bénéfices et les inquiétudes qui planent au-dessus de la méditation de pleine conscience. Cette dernière est présente depuis 2012 dans l'Education nationale, et a été récemment officialisée. La LDH qui l'associe à un "culte global" pense que c'est une très mauvaise idée.

"Cette méditation, qui concentre notre pensée sur la vacuité, conduit rapidement alors vers un conditionnement avec une perte d'esprit critique et un assujettissement de l'individu", commence la LDH, après avoir expliqué d'où venait la pratique. "Vu sous cet éclairage, loin d'être un éveil, la MPC conduit à une baisse de vigilance, voie royale et classique pour amener ses pratiquants vers des états de sujétion propice à des abus".

Une pratique jugée anti-laïque

Ces observations paraissent "paradoxales" face à la récente proposition d'expérimentation de cette pratique au sein de 240 classes publiques, du CM2 à la 5ème, sous l'impulsion de Gaël Le Bohec, député LREM d'Ile-et-Vilaine. La LDH pose la problématique dès les premières lignes : cette méthode n'a jamais réellement fait ses preuves, les études pointent des résultats très mitigés.

D'autre part, la MPC est liée "à des spiritualités et des croyances", note la LDH. Or, l'école ne doit en aucun cas imposer aux enfants un enseignement qui ne soit pas laïc, insiste-t-elle. Le président de la ligue, Malik Salemkour, (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Covid-19 et cancer : un risque de mortalité plus précoce
Covid-19 : les tests PCR "de confort" seront payants cet automne
Vaccin Johnson et syndrome de Guillain-Barré : un "risque accru" selon les autorités américaines
Déjà plus de 650 noyades depuis le 1er juin
Syndrome du canal carpien : quelles sont les professions à risque ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles