Mémoires en filigrane

·2 min de lecture

A l'heure de l'inauguration de "La Villa du Temps Retrouvé" à Cabourg sur la Côte Normande, à l'initiative de Tristan Duval et d'un comité d'experts, pour voyager dans le monde de Marcel Proust et d'une Belle Epoque renaissante, de nombreuses "Madeleine" insoupçonnées déclenchent des souvenirs. Exemples au choix ! 

L'écrivain académicien Jean-Marie Rouart fait don d'une sélection d'œuvres de son père, le peintre Augustin Rouart. Des peintures baignées d'un Impressionnisme fulgurant et brillant qui sont à voir au Petit Palais à Paris. L'écrivain des mots profonds raconte le temps. Le peintre fixe des instantanés. Entre les deux, ce point commun : la volonté de faire vivre la mémoire. Avec cette décision généreuse de Jean-Marie Rouart, autour d'Augustin Rouart et sa peinture en héritage, ici le jardin des arts se cultive pour fleurir sans s'interrompre. Que nous dit le chanteur Mellis & The Swing Lovers dans sa chanson "Être un Homme comme Vous", extraite de l'album "Doux Paris" ? N'est-ce pas de l'autre, de celui ou de celle, qui est là dont il s'agit ? Pour s'en inspirer. Pour ne pas oublier. Pour garder en soi les impressions premières et freiner la fuite du temps. Le talent de l'artiste et de ceux qui l'accompagnent produit cet effet d'un regard qui ne peut être anodin. Et lui, Monsieur Brassens, le subtil poète de la chanson française, aurait eu cent ans cette année. La Ville de Sète - sa ville - prépare un hommage magique et magnifique d'une grande variété pour mieux entrer dans l'univers artistique de Georges. Et entendre dans ses mélodies, sa voix douce, amusée, inspirée par les uns, les autres et toujours par ce temps qui va. Sa langue était son empreinte. Le 9 juin, inauguration de l'exposition "Brassens : Il suffit de passer la porte" à l'Espace Georges Brassens ; puis du symbolique et historique "Bateau Roquérols", avant que ne se déploient en ville - en juillet - les photographies rares de l'album de Brassens, trésors extraits des archives de Paris Match. Les amis de Georges se comptent par millions. Sa flamme est(...)


Lire la suite sur Paris Match